⚠️ COVID19 : avant de réserver un billet, assurez-vous de connaître les conditions dans le pays de destination ⚠️

Interview Voyage #1 – Mathilde Fachan : entre Astrologie, Japon, Pâtisserie et Politique

Hello,

Comme vous le savez peut-être, j’ai décidé de commencer une petite série d’interviews de personnes qui m’inspirent : des professionnel·les du tourisme, à des influenceur·ses, à des globetrotters, mais aussi à des gens comme vous et moi : des abonné·es des Voyages d’Emma, des étudiant·es, des jeunes actifs, des sportif·ves, et même des personnes qui ont arrêté de prendre l’avion pour des raisons écologiques.

Je commence la série avec Mathilde Fachan. Mais comment vous la décrire ?

 

 

Mathilde a plusieurs cordes à son arc, ce qui ne facilite pas mon boulot pour vous expliquer qui elle est, mais je vais quand même me prêter à l’exercice.

Mathilde a d’abord squatté les bancs de Sciences Po Paris et en est ressortie avec un Master en Affaires Européennes. Pendant ses études, elle a eu l’opportunité d’étudier une année au Japon, à l’université de Waseda, l’une des plus prestigieuses de Tokyo.

Fraîchement diplômée, elle a commencé par un CDD en tant qu’attachée de presse chez RFI/France 24. Après quelques mois, Mathilde a pris un virage assez étonnant : elle a passé son CAP en Pâtisserie.

Elle est désormais à la tête du Politicafé, un restaurant niché dans le 18ème arrondissement de Paris, qui allie deux de ses passions : la Politique et la Pâtisserie. Si vous y passez, vous verrez aux murs de vieilles affiches de campagne et pourrez y savourer des plats maison ou siroter des boissons locales et bio. Et évidemment, vous ne partirez pas sans déguster l’une des créations pâtissières de Mathilde !

Le Politicafé
Le Politicafé, le resto que Mathilde a créé dans le XVIIIe arrondissement.

 

Mais Mathilde a une autre passion : l’astrologie.

Avec une tante astrologue, qui l’a initiée à ce vaste domaine, on peut dire que comme Obélix, elle est tombée dedans quand elle était toute petite !

Alors, en plus de ses activités au Politicafé, Mathilde a créé le podcast Z comme Zodiaque pour démystifier l’astrologie et sortir des clichés habituels. Si vous voulez écouter, c’est par ici pour le premier épisode.

Et à côté, elle propose aussi des sessions de formations pour apprendre à décrypter son thème astral et se connaître un peu mieux.

Je ne vais pas m’épancher trop longtemps sur le sujet, on est là pour parler voyage aussi 😅

L’interview est là 👇

Salut Mathilde, toi seule peux répondre à cette question je crois : quel est le point commun entre la politique, la pâtisserie et l’astrologie ?

Ma tante astrologue m’a justement déclaré l’autre jour : « au fond, le rapport entre l’astrologie et la politique : c’est prévoir ! » Et j’ai songé que l’alimentation, elle aussi, se prévoyait (surtout en pâtisserie qui s’improvise encore moins que la cuisine salée). Ce n’est pas forcément ce point commun qui m’intéresse dans ces trois domaines, mais il y a bien de la discipline à chacun de ces endroits !

Pour ma part, ce qui relie ces activités et me passionne, c’est le fait qu’elles m’amènent à rencontrer de nombreuses personnes. La politique, c’est la vie de la cité et des individus qui la constituent et la font vivre. La pâtisserie et la cuisine en général réunissent aussi des appétits autour d’une table afin que chacun et chacune partagent un moment de plaisir et de convivialité. Quant à l’astrologie, c’est une porte ouverte sur des profils variés, des tempéraments et des parcours différents mais riches de sens.

Je suppose qu’il y a une différence entre les horoscopes de 20 Minutes et ce que tu fais… Concrètement, tu vois comment l’astrologie ?

Je compare l’astrologie à un langage : c’est une grille de lecture du monde, avec sa grammaire et ses concepts. Elle nous permet d’analyser absolument TOUT : la psychologie, les découvertes scientifiques, la géopolitique, les changements sociétaux… mais en prenant de la hauteur. D’ailleurs, il n’existe pas « une » astrologie mais « des » astrologies : rien qu’en France, il existe diverses écoles et des profils d’astrologues différents, plus ou moins bienveillants, plus ou moins féministes, plus ou moins inclusifs… et l’astrologie européenne est très différente de l’astrologie védique qu’on pratique en Inde, par exemple, car en dépit de racines communes (le ciel étant observable partout), des différences culturelles et historiques imprègnent nos pratiques et nos visions du monde et de l’existence.

Tu m’as récemment aidée à trouver les meilleures destinations selon son signe astrologique et je trouve que tu étais plutôt inspirée ! Tu décrirais comment ton rapport au voyage ?

Depuis trois ans, j’ai assez peu voyagé faute de temps et de moyens, mais bien sûr j’adore voyager ! J’ai quand même Mars en Sagittaire en Maison 1 : dans cette position, le soldat qu’est Mars se transforme en aventurier optimiste et moins assoiffé de sang que de nouvelles perspectives culturelles. (ndlr: si vous n’avez rien compris au paragraphe précédent, écoutez Z comme Zodiaque pour en savoir plus sur les signes astro, les maisons et les planètes)
Ce que je préfère, c’est réaliser que l’ambiance générale est souvent différente de ce que j’avais imaginé à travers les images d’Epinal de notre imaginaire collectif. Et souvent, ça ne tient à pas grand-chose, mais plutôt à des petits détails. Je me rappelle par exemple de Vienne aux hautes fenêtres… dépourvues de volet ! Pas un seul volet dans cette ville, et ça changeait beaucoup l’architecture générale. Idem pour Tokyo, son odeur très spécifique qui se ressent dès le pied posé à l’aéroport de Narita et ses distributeurs de boissons par milliers dans les rues et parfois au milieu de nulle part… ou pour Istanbul que je ne savais pas si pentue dans son centre-ville, ce qui rend les errances beaucoup plus sportives, et auxquelles aucun guide ne m’avait préparée !
J’aime bien préparer mes voyages, pas pour tout contrôler (il n’y a rien de tel pour rater un voyage) mais pour repérer quelques bonnes adresses typiques ou insolites. Un voyage réussi à mon goût, c’est un mélange de visites et de lâcher-prise ou de farniente. Bien sûr, certains lieux cultes ou musées célèbres valent définitivement le coup d’œil ; mais j’adore palper le rythme de la ville ou de la région, m’y adapter et essayer de ressentir ce qu’est de vivre en local. J’aime par exemple visiter les campus d’universités ou… les supermarchés.

Et le futur du voyage, tu le vois comment ?

Je pense que nous allons privilégier les voyages de proximité : l’avion est vraiment trop polluant et si nous manquons de pétrole, nous manquerons aussi de carburant !
Ce n’est pas une mauvaise chose : lorsque j’étais petite, mes parents ne pouvaient pas se permettre de voyager beaucoup ni très loin, mais ça m’a permis de découvrir la France et des régions superbes. « Ce qui est rare est précieux » : limiter les voyages lointains, c’est peut-être aussi les apprécier davantage.

Si j’ai bien fait mon travail préliminaire, tu as étudié au Japon pendant un an. C’est quoi le truc différent par rapport au quotidien en France qui t’a vraiment marquée ?

En chouette : la politesse et la discipline générale ! Même bondé, Tokyo est mille fois plus agréable que Paris. Les gens attendent en lignes pour rentrer dans les rames de métro, personne ne double personne, les transports sont propres, il n’y a aucun papier par terre, quel bonheur pour qui est habitué aux tracas quotidiens du RER… et si on a pris un ticket moins cher, on peut le réguler à la sortie de la station en payant simplement la différence ! Prenez ça, les contrôleurs de la RATP ! Même en plein tremblement de terre, tout le monde garde son calme. Quand je suis revenue sur Paris, j’ai eu l’impression que c’était la guerre en permanence, au point, le premier jour après mon retour, de fondre en larmes parce que quelqu’un avait fait claquer une porte de tourniquet de RER sur mon nez : pourtant un grand classique ! J’ai trouvé ça d’une brutalité sans nom après avoir vécu pendant un an dans une atmosphère ouatée.

En moins bien : la surcharge de déchets plastiques, de paquets cadeaux, de sachets de gâteaux individuels, de carton et de papier à bulle pour envelopper nos achats… une véritable catastrophe écologique.

Tu aurais un conseil pour les gens qui souhaitent voyager au Japon ? Un truc à savoir, un endroit à visiter ou une astuce chouette ?

A Tokyo, pensez à prendre la ligne Yurikamome (métro aérien qui slalome entre des immeubles futuristes) pour vous rendre sur l’île artificielle d’Odaiba ! Vue imprenable sur le Rainbow bridge et des lieux assez dingues sur place. Mes préférés : le Vénus Fort, un centre commercial archi-kitsh censé reproduire une sorte de Rome fantasmée, et surtout, le complexe de bains Onsen Monogatari. En construisant Odaiba, les Japonais ont découvert une source chaude dans la mer et ont donc recréé un onsen (bain publique « naturel » puisque l’eau est naturellement chaude) dont le décor sort tout droit de l’ère Edo. Avant les bains, vous pouvez vous balader dans une représentation du Tokyo du 19ème siècle, tous vêtus de vos yukata, manger une glace au sésame accompagné d’un ramone (limonade locale), dans une atmosphère féérique et très nostalgique !

Tu t’es déjà inspirée de tes voyages pour créer tes pâtisseries ?

Oui : avec le Paris-Brest au sésame noir, par exemple, ou les cookies matcha et framboise.

Quel endroit rêves-tu de visiter ?

Ce n’est pas un endroit lointain, mais je rêverais de faire un Tour de France de la sorcellerie et du folklore magique ! Nos régions sont très riches en traditions locales, en histoires de fantômes et autres lutins. Malheureusement, avec l’urbanisation et la disparition des patois, ces récits se perdent.

En plus exotique, j’adorerais visiter la Laponie, admirer des aurores boréales et faire des courses de chien de traîneau, mais également visiter l’Argentine « du bout du monde » et… me prélasser en Toscane pour des vacances tout en « dolce vita » !

Rien à voir, mais on me dit dans l’oreillette que t’aimes bien les sorcier·ères. C’est vrai ?

Il faut dire que j’en suis un peu une, de sorcière ! Je pratique des rituels simples chez moi, un mélange personnel de magie blanche et de prières : c’est avant tout une manière de vivre ma spiritualité. En tant que féministe, la figure de la sorcière me fascine aussi : c’est captivant et révoltant de constater à quel point les femmes savantes, libres, puissantes ou juste insaisissables, sont diabolisées à travers le monde.

Je suis sûre que tu as une petite anecdote marrante, insolite ou flippante pendant l’un de tes voyages, au Japon ou ailleurs. Dis-nous tout !

En 2011, nous visitions New-York avec une amie. Après une journée très remplie de visite à Staten Island par le ferry, nous avons décidé (avec un peu d’appréhension) de remonter jusqu’aux anciennes Twin Towers. Le site était encore en travaux, mais des panneaux commémoratifs nous ont beaucoup troublées : nous étions adolescentes au moment des attentats qui nous avaient beaucoup marquées. Nous avons donc atterri dans le premier pub à proximité histoire de se remettre de nos émotions avec un ou deux verres. Il se trouve que ce pub existait déjà avant le 11 septembre, avait été soufflé pendant l’attentat puis avait servi de lieu d’accueil pour les secouristes pendant les semaines suivantes, avant d’être rénové et réhabilité. Nous avons sympathisé avec le barman (pourtant républicain et pour le port d’armes…) et y sommes revenues plusieurs fois pendant notre séjour, toujours prêtes à discuter et lui expliquer que nous n’étions pas d’accord avec lui – il nous offrait des shooters en cadeau de nos points de vue « très socialistes » à ses yeux, que demande le peuple ? Ce genre d’expérience me marque autant que des visites plus « touristiques » et soit-disant « incontournables ».

 

Question bonus : tu préfèrerais pouvoir voir l’avenir (pas forcément dans du marc de café) ou être capable voler (pas forcément sur un balai) ?

Je vois déjà un peu dans l’avenir grâce à l’astrologie alors je préfèrerais carrément voler ! Ce serait plus poétique, plus grisant et plus écolo que l’avion !

 

Merci à Mathilde pour son temps 🙂

Commentaires

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire

Reçois mes bons plans par mail

    Défilement vers le haut